Lufthansa proche d’un accord sur les aides, prépare son redécollage

Accueil / Actualités / Lufthansa proche d’un accord sur les aides, prépare son redécollage

Lufthansa proche d’un accord sur les aides, prépare son redécollage

03/05/20

Le groupe Lufthansa semble espérer une conclusion prochaine des négociations sur une aide d’Etat pour l’aider à survivre à la pandémie de Covid-19, même si d’autres options ne sont pas exclues – y compris une « auto-liquidation ». Il planifie son plan de redémarrage des activités, avec une flotte forcément réduite.

Les discussions avec le gouvernement allemand sur une possible aide financière, qui pourrait dépasser les 9 milliards d’euros, pourraient être conclues « prochainement » selon un courrier du Conseil d’administration vu par l’agence Reuters. Alors qu’il s’adressera le 5 mai 2020 à l’assemblée générale (virtuelle) du groupe Lufthansa, le président Carsten Spohr dit estimer que « ces discussions peuvent aboutir à une conclusion rapide ». Et le groupe reste « convaincu que nous n’aurons pas à nous rabattre sur des alternatives étant donné les pourparlers avec Berlin », même si elles restent envisagées – y compris la sorte de dépôt de bilan autogéré évoquée la semaine dernière.

Comme Der Spiegel le rappelait, un des points d’achoppement est la prise de participation envisagée par l’Etat à hauteur de 25,1% du capital, alors que le plus gros actionnaire n’en détient que 10%. Carstern Spohr redoute que si l’Etat fédéral allemand a une influence trop importante sur les activités du groupe, les gouvernements autrichien, suisse et belge (pour Austrian Airlines, Swiss et Brussels Airlines respectivement), voire ceux des Länder de Bavière et de Hesse (où sont les hubs de Munich et francfort) pourraient lui emboîter le pas.

Le groupe a d’autre part évoqué ses plans de retour dans les airs, ayant pour cause de pandémie atteint un programme de vol similaire à celui de 1955 : il s’attend à ce qu’une partie de la flotte « passe l’été au sol », et espère un « redémarrage correct au plus tôt à l’automne ». Une phase de démarrage très lente, la demande mondiale ne devant selon Lufthansa retrouver « son nouvel équilibre qu’en 2023 ».

  • Toutes les compagnies aériennes du groupe Lufthansa seront réduites. Les appareils plus anciens et moins respectueux de l’environnement seront retirés de la flotte plus tôt que prévu.
  • La flotte des A340-600 sera temporairement clouée au sol.
  • 10 Airbus A320 seront retirés de la flotte Eurowings.
  • Les programmes de restructuration en cours chez Austrian Airlines et BrusselsAirlines seront intensifiés. Les deux compagnies vont également réduire la taille de leur flotte dans ce contexte.
  • Les opérations aériennes de Germanwings prendront fin deux ans plus tôt que prévu. À l’avenir, nous volerons avec un maximum de 10 compagnies aériennes.
  • Nous continuerons de regrouper et d’élargir notre segment touristique lorsque le redémarrage arrivera. Nous le faisions déjà avant la crise, et il y aura après la crise une plus grande augmentation de la demande que pour les voyages d’affaires. Dans le cadre de ce processus, nous fusionnerons les quatre compagnies aériennes qui opèrent nos liaisons long-courriers Eurowings en une seule nouvelle compagnie aérienne touristique.
  • Eurowings Europe sera également réalignée.
  • En outre, nous prévoyons de réduire les coûts unitaires de toutes nos sociétés deux fois plus que prévu initialement: de 2 à 4% par an au lieu des 1 à 2% précédents.

Lufthansa sera « une Lufthansa différente et plus petite » après la crise. La flotte globale sera réduite d’environ 100 appareils, « en conséquence, nous aurons 10 000 employés de trop à bord. Nous ne pourrons plus exclure le licenciement pour des raisons opérationnelles. À moins que nous ne trouvions un moyen de garder autant de collègues que possible à bord, en utilisant des modèles innovants à temps partiel et notre mélange unique de solidarité Lufthansa », rappelle le groupe.

air journal du 3 mai

 

Share This