Défaillances d’agences de voyages : l’année avait bien commencé !

Accueil / Actualités / Défaillances d’agences de voyages : l’année avait bien commencé !

Défaillances d’agences de voyages : l’année avait bien commencé !

30/04/20

Selon les statistiques publiées par Altarès, le nombre de sinistres était en forte baisse au premier trimestre  2020 par rapport à l’an dernier. La crise liée au Covid-19 devrait malheureusement bientôt inverser la tendance.

Les chiffres publiés par Altarès nous plongent seulement quelques semaines en arrière, quand tout allait encore bien ! Depuis début janvier 2020, 11 500 défaillances d’entreprises ont été enregistrées en France, c’est 6 000 de moins que sur la même période de 2019.

« Le nombre d’ouvertures de procédures collectives était en recul de plus de 21 % en janvier 2020 et de 14 % en février. En mars, avant le confinement et la fermeture des tribunaux, le rythme changeait, les défaillances se stabilisaient difficilement (+ 0,2 %). Le premier trimestre 2020 avait donc bien démarré, en dépit des grèves qui avaient pénalisé fortement l’activité francilienne. Les TPE et les PME disposaient d’une trésorerie globalement confortable leur permettant d’être pendant quelques semaines plus résilientes face à cette crise forte et soudaine », précise Thierry Millon, directeur des études Altarès.

Le tourisme a également passé un bon début d’année. De janvier à mars 2020, seules 24 entreprises du voyage ont baissé le rideau contre 35 l’an dernier sur la même période. Avec seulement 17 défaillances, contre 26 début 2019, les agences de voyages ont réalisé un début d’année satisfaisant tout comme les voyagistes qui n’ont enregistré que 2 défaillances contre 4 au premier trimestre 2019.

Quid du mois d’avril ?

Sur les 15 premiers jours d’avril, période qui marque la reprise des audiences dans les tribunaux grâce à la visioconférence, au global, 649 ouvertures de redressements et liquidations judiciaires et 30 procédures de sauvegarde ont été enregistrées en France. A titre de référence, sur la même période d’avril 2019, on en comptait 2 738. La fermeture des tribunaux et les ordonnances prises fin mars pour adapter les droits des entreprises en difficultés expliquent ces chiffres en forte baisse.

« À compter du 24 mars 2020, l’état d’urgence est déclaré pour une durée de deux mois pour faire face à l’épidémie de Covid-19. Depuis, les textes relatifs aux procédures collectives ont été adaptés. L’ordonnance 2020-306 du 25 mars, notamment, permet qu’une entreprise en difficulté puisse reporter sa demande d’ouverture de procédure collective après le 24 juin », indique Thierry Millon.

Les PME en difficultés

Les données d’avril font cependant émerger un signal fort sur la fragilisation inquiétante des PME, en particulier celles qui étaient déjà en difficultés avant la crise. Sur la première quinzaine du mois, plus d’une défaillance sur 10 concerne en effet une PME (12 %), contre un taux de 5 % observé un an plus tôt. A noter que les deux tiers de ces structures se trouvaient en cessation de paiement avant le 12 mars.

Les TPE – qui concentrent en temps normal 90 % des défaillances – restent logiquement les plus nombreuses (88%), bien que ce taux soit en baisse sensible par rapport aux 95% mesurés un an plus tôt.

A noter qu’à ce stade, aucun secteur d’activité ne présente davantage de difficultés que les autres. La construction (22 %) et le commerce (22 %) se partagent près de la moitié des défaillances d’entreprises, devant les services aux entreprises et les cafés-hôtels-restaurants à 14 % chacun et l’industrie 9 %.

 

tour hebdo du 30 avril

 

Share This