Accueil / Réinventer le tourisme culturel
24/12/2016
Veille filières

"Conforter le lien entre tourisme et culture", telle est, selon Audrey Azoulay, l’ambition des premières Rencontres du tourisme culturel, organisées le 16 décembre au Centre Pompidou, à Paris, par le ministère de la Culture et de la Communication.

Vers un tourisme culturel durable ?

Replacer la culture comme un enjeu touristique et le tourisme comme un enjeu culturel : c’est toute l’ambition de ces premières Rencontres du tourisme culturel, qui visent à conforter le lien entre tourisme et culture. Un lien « essentiel », assure Audrey Azoulay, qui plaide pour « l’édification d’une stratégie politique ambitieuse » qui permette de « réinventer le tourisme culturel ». Car si la France demeure, avec 84 ,5 millions de visiteurs en 2015, la première destination touristique au monde, son affluence touristique a, du fait d’une conjoncture défavorable, chuté de 7% entre janvier et juillet 2016, impactant négativement la fréquentation l’ensemble des lieux culturels.

Pour relancer le tourisme culturel, le ministère de la Culture et de la Communication organise, le 16 décembre au Centre Pompidou, à Paris, ces premières Rencontres, qui permettront, selon Matthias Fekl, secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger, de « tracer, dans le cadre du plan de relance lancé par le Gouvernement,de nouvelles perspectives pour mieux appréhender les attentes de nos visiteurs, structurer l’offre française et promouvoir notre patrimoine matériel et immatériel à l’international et en France ».

Culture et tourisme œuvrent conjointement à la démocratisation culturelle et à la diffusion d’une image positive de la France à l’étranger (Audrey Azoulay)

Nouvelles perspectives pour le tourisme culturel

La culture est, on le sait, l’un des facteurs majeurs d’attractivité de la France. Selon l’édition 2016 des Chiffres-clés de la culture, publiés par le département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et de la Communication, près de la moitié des 84,5 millions de touristes étrangers ayant visité la France en 2015 citent la visite culturelle parmi les motifs de leur séjour. Parmi ceux-ci, on relève que deux tiers des entrées de musées ont été réalisées par des visiteurs étrangers. « L’exceptionnelle offre culturelle française, la richesse de son patrimoine, la diversité de sa création, la vitalité de sa scène artistique et de ses festivals, et son art de vivre, permettent à l’offre touristique de se renouveler, de se réinventer, et de répondre aux exigences de publics en constante évolution », analyse Audrey Azoulay.

Un renouvellement qui passe par de nouvelles formes de visites. Lors de l’achèvement des aménagements destinés à accueillir le public au musée du Louvre, Jean-Luc Martinez, son directeur général, observait, le 6 juillet dernier, que « le tourisme est en train de changer ». « La question n’est plus tant d’augmenter le nombre de visiteurs [selon le DEPS, le Louvre conserve en 2015 sa position de musée le plus fréquenté du monde avec 8,7 millions de visiteurs même si ce nombre est en diminution par rapport à 2014 (NDLR)] que de savoir comment les accueillir et les aider à tirer un maximum d’enseignements de leur visite. L’essentiel est d’offrir à nos visiteurs un Louvre plus accueillant, plus accessible et plus généreux », ajoutait-il.

Territoires, tourisme, culture

Autre piste de renouvellement : promouvoir l’attractivité touristique de l’offre culturelle sur l’ensemble du territoire. Il est en effet particulièrement important de promouvoir sur le plan touristique l’accès à plus de 40 000 monuments et sites protégés, 8 000 musées, près de 500 festivals, des saisons de théâtres, de concerts, de danse, des espaces muséologiques, des parcs et jardins d’exception, sans oublier le patrimoine scientifique, technique, immatériel et bien sûr l’art de vivre.

Il s’agit d’un enjeu prioritaire pour élargir l’attractivité touristique de la France à l’ensemble de ses territoires par le biais de la richesse et la diversité de son offre culturelle. Au-delà des sites à forte notoriété, les plus visités, il s’agit de mettre en valeur les actions des régions, des grandes agglomérations et des collectivités locales pour accroître l’attractivité touristique de leur offre culturelle. Pour répondre aux attentes des différents publics et être en phase avec les nouveaux usages, cette offre culturelle laisse la part belle à l'innovation et prend en considération toutes les dimensions du champ de la culture.

Cinéma : les tournages participent au rayonnement de la France 

 

La diffusion d’une œuvre cinématographique promeut la notoriété du territoire où elle a été réalisée et génère des retombées économiques. "Pour 1 € investi par une collectivité dans une production, détaille Daphné Bruneau, cheffe du service de l’action territoriale au Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), les retombées économiques issues du tourisme sont évaluées à 1 € supplémentaire. La dernière étude évalue les retombées directement liées aux tournages en région à 33,7 M€ par an (hors Ile- de-France et DOM) sur la période 2011-2013". Et les exemples sont nombreux où les décors naturels et les monuments (historiques ou industriels) mis en valeur dans une production, deviennent des pôles d’attraction, à l’instar de la ville de Bergues, qui a doublé sa fréquentation à la sortie de Bienvenue chez les Ch’tis, en 2008, conduisant l’office de tourisme à créer un circuit "Ch’tis Tour". Pour  les touristes étrangers, l’impact est important sur les Britanniques, les Américains, les Russes et les Japonais.

Ministère de la culture et de la communication