Accueil / Les défis du marketing en ligne pour les hôtels
12/12/2017
Veille etourisme

En ligne, les défis que doivent relever les responsables marketing des hôtels sont constants et multiples. Avec l’émergence d’avancées technologiques majeures et des voyageurs de plus en plus familiers des environnements en ligne, il n’a jamais été aussi compliqué de se distinguer de la concurrence.

Voici trois des principaux défis du marketing en ligne pour les hôtels :

1. Les recettes éprouvées sont-elles en train de devenir obsolètes ?

Même si le marketing par e-mail s’avère la méthode la plus efficace pour établir le contact avec des clients et des prospects (et de nombreux hôtels y restent fidèles), est-il voué à passer aux oubliettes ?

Les deux tiers de la génération des baby-boomers sont désormais en ligne, et la jeune génération Y voit déjà les e-mails comme un mode de communication lent et ennuyeux. Pour elle, rien ne vaut le contenu vidéo, la messagerie instantanée et les technologies intelligentes. Une chose est sûre : la révolution mobile a bel et bien eu lieu.

L’enthousiasme que suscitent les technologies, et les nouvelles connaissances qui les entourent, créent un véritable champ de mines pour les marketeurs hôteliers. Ces nouvelles technologies ayant été encore peu expérimentées, comme savoir quelle est la meilleure stratégie ?

L’avenir est encore plus difficile à prédire avec de nouveaux modes de communication qui semblent apparaître chaque jour. Cependant, nombreuses sont les possibilités de tirer parti de ce public averti. L’émergence de nouvelles technologies donne l’occasion d’expérimenter et mettre en place des stratégies marketing uniques qui permettent à votre hôtel de se faire entendre. Il est capital de continuer à cibler les individus et non des groupes généralisés de clients.

2. Les hôteliers ont moins d’influence sur leurs clients que par le passé

L’essor inexorable des sites de voyage et des agences de voyages en ligne (OTA) risque de limiter l’influence des hôtels sur la décision des clients.

À lui seul, le site Web de TripAdvisor reçoit 20 millions de visites chaque mois, avec plus de 7 millions de commentaires en ligne laissés sur des hôtels. Chacun de ces commentaires peut influencer la décision des voyageurs, laissant peu de marge de manœuvre aux hôteliers.

Les hôtels peuvent également peiner à contrôler leurs profils publiés sur les OTA. Les algorithmes et systèmes de classement peuvent limiter la visibilité de certaines annonces. Par ailleurs, il n’existe aucune garantie des informations que les OTA partageront avec les hôtels à propos des clients.

Il est bénéfique de rester à l’écoute de ces canaux, mais ces derniers font des réservations directes un territoire encore plus difficile à conquérir pour les responsables marketing des hôtels.

3. Exploitez les données dont vous disposez

Plus vous avez de données, mieux vous pouvez adapter votre stratégie. Plus facile à dire qu’à faire, car il est parfois difficile d’analyser de grands volumes de données et de prendre les bonnes décisions.

Les algorithmes des moteurs de recherche changent constamment et les stratégies de mots clés ne donnent pas toujours des résultats précis. Si une grande part des revenus dépend du classement capricieux des moteurs de recherche, c’est là une position dangereuse.

Il est également presque impossible de suivre avec précision l’expérience du visiteur tout au long du processus d’achat. Les clients font des recherches sur plusieurs appareils, sur plusieurs plateformes, sur parfois de longues périodes, ce qui permet difficilement d’identifier la source principale des ventes. L’analyse des données conclura bien souvent que Facebook et Google ont permis de conclure la vente.

Le tableau ne serait pas complet sans parler de la présence écrasante des réseaux sociaux. Aucune stratégie de réseaux sociaux ne semble infaillible. Les hôtels doivent en permanence s’interroger sur les contenus qu’ils doivent produire, la façon de les produire et le public cible. Il faut ensuite les adapter légèrement aux différents réseaux sociaux qu’ils utilisent.

Tendancehotellerie.fr du 11/12/17