Accueil / L’Europe, nouveau vecteur du tourisme culturel
07/11/2018
Actualité Institutionnelle

             Cinq régions transfrontalières, dont La Corse, unies autour d’un seul et même itinéraire patrimonial.

C’est l’originalité de «Gritaccess», un projet prometteur dont l’origine se trouve au cœur même de la politique Européenne. De quoi braquer les projecteurs sur notre île et ses vestiges. Et surtout, valoriser un peu plus encore, l’histoire de notre territoire.

En effet, il faut savoir que  la collectivité de corse (CDC) est chef de file de cette grande opération. Parallèlement,  l’Agence du Tourisme (ATC) a été, quant à elle, conventionnée pour mettre en place  la communication à venir.

L’identité locale à l’honneur

Unie dans la diversité. La devise Européenne a beau être connue, elle prend un tout autre relief quand elle devient principe de réalité. Avec GRITACCESS (Grand Itinéraire Tyrrhénien Accessible du patrimoine), l’identité locale retrouve des couleurs, et mieux encore,  elle a vocation à être  mise sur un piédestal.

L’idée ? Un parcours thématique  Corse- Ligurie-  Toscane-Sardaigne-PACA mêlant contenu culturel, sites emblématiques et réappropriation du passé. Le tout financé par les fonds FEDER (Fonds Européen de développement régional) et approuvé par le comité de suivi du programme opérationnel de coopération transfrontalière Italie-France-Maritime 2014-2020.

La volonté d’abolir les frontières géographiques mais aussi culturelles prend donc actuellement son essor. Même si, quelques décennies plus tôt, en 1987 exactement, le conseil de l’Europe avait déjà mis en place le programme des itinéraires culturels et Européens. Une première pierre venait d’être posée.

Pourtant, le réel changement s’opéra véritablement en 2011. Ainsi, à  la  faveur d’une résolution du parlement Européen, en date du 27 Septembre 2011, il fut officiellement acté que : « les fonds structurels (…) sont mobilisés pour une offre de qualité diversifiée et axée sur l’héritage pluriculturel ». Dans la foulée, une voie nouvelle s’ouvrait donc  pour ce que l’on nomme « l’identité intermédiaire », comprendre : à la croisée des chemins entre le global et le local.  

De bon augure pour notre île qui a saisi d’emblée toute l’importance de « Gritaccess ».

L’ «immatériel touristique »

Le  lancement de « Gritaccess »  a été officialisé le 5 Novembre dernier, à Bastia,  à l’hôtel de la collectivité territoriale de Corse. Gilles Simeoni  président du conseil exécutif, Nanette Maupertuis présidente de l’ATC et conseillère exécutive en charge des affaires Européennes, Josépha Giacometti,  conseillère exécutive en charge de la culture et du patrimoine, étaient les hôtes de marque de cet évènement. Les partenaires des autres régions ont bien évidemment assisté à ce coup d’envoi suivi d’une réunion technique.

 Des actions pilotes sont d’ores et déjà inscrites à l’agenda.

Au total 50 sites sont concernés par cet itinéraire transfrontalier dont la tour de Miomo  qui vient d’être réhabilitée.  Il sera question aussi de mise en tourisme. Le patrimoine, une offre culturelle qui aura prochainement son caractère économique et touristique : C’est aussi et surtout l’autre message de « Gritaccess ». Un message délivré par l’ensemble des représentants des différentes régions. Un pas de plus vient donc d’être franchi vers un nouveau rayonnement de la «destination Corse». Ou quand tourisme et culture se fonde dans un même creuset. Les spécialistes nomment cela « l’immatériel touristique ».