Accueil / La Collectivité de Corse au chevet des sinistrés d’Adrian
08/11/2018
Actualité Institutionnelle

           Pluies diluviennes, vents déchaînés et scènes dantesques : Il y a 10 jours, la tempête Adrian s’abattait violemment sur la Corse et dévastait tout sur son passage. La perte d’une vie humaine est à déplorer. Tandis que les dégâts matériels sont, quant à eux,  nombreux. L’alerte passée, et l’émotion contenue, notre île  se relève doucement de cet épisode. Elle  déplore, naturellement, les stigmates qui l’ont touchée durement. Car certains ont tout perdu ou presque.

 A leurs côtés, la collectivité de Corse et son président Gilles Simeoni,  ainsi que  les agences et offices, qui chacun dans leur domaine d’intervention, font front commun en explorant les dispositifs qui pourraient être déployés.

Diagnostic en cours et premières pistes envisagées pour l’Agence du tourisme de la corse

Du côté de l’Agence du Tourisme de la Corse, la vigilance est bien évidemment de mise quand on sait que des socio-professionnels ont durement été impactés. Le manque à gagner reste à chiffrer. Il est actuellement en cours. Restaurateurs, hôteliers, ou encore  propriétaires de campings, pour ne citer que quelques exemples, ont d’emblée  été contactés par l’Agence.  

Objectif : établir un état des lieux précis. En effet, la présidente, Nanette Maupertuis, a souhaité que notre établissement procède à un diagnostic des établissements qui auraient subi des dégâts conséquents.

A ce titre,  en interne, une personne a été affectée principalement à cette tâche. Elle oriente actuellement les personnes demandeuses.  D’ores et déjà, des premiers retours permettent de se faire une idée plus précise de la situation.Même s’il encore trop tôt pour parler de bilan définitif. Parallèlement, afin de pallier l’urgence et parce que l’horloge tourne pour les professionnels confrontés à un besoin de trésorerie,  l’ATC n’exclut pas de faire appel au  dispositif du « prêt à taux zéro. »

Actuellement en vigueur, ce dispositif, mis en place par l’ATC et la CADEC, a déjà fait ses preuves dans le domaine des constructions hôtelières. Il pourrait, le cas échéant, s’étendre aux sinistrés, et ce dans le cadre d’une nouvelle convention.

Quelle que soit la solution retenue, du point de vue de Nanette Maupertuis, « Les professionnels doivent gagner  du temps en attendant le remboursement d’assurance. Beaucoup préparent la prochaine saison et le temps est précieux ».